home    about    browse    search    latest    help 
Login | Create Account

Logiques et modes de coordination d’entreprises, perspectives d’évolution d’un marché en développement : le cas du secteur céréalier en agriculture biologique dans deux régions Pays de La Loire et Rhône Alpes

Sylvander, Bertil; Schieb-Bienfait, Nathalie; Roque, Olivier; Neyrat, S. and David, C. (2005) Logiques et modes de coordination d’entreprises, perspectives d’évolution d’un marché en développement : le cas du secteur céréalier en agriculture biologique dans deux régions Pays de La Loire et Rhône Alpes. Speech at: Symposium National du Programme de Recherche Pour et Sur le Développement Régional (PSDR),, Lyon, 11 Mars 2005.

[img] PDF
Limited to [Depositor and staff only]

207Kb

Summary

La remise en cause du modèle fordiste de l’agriculture européenne, fondée sur une contestation sociale de ses excès et de ses dérives, a conduit au cours des années 1980-90 à une légitimation d’alternatives, qui étaient souvent apparues au cours des décennies précédentes. Une convention sociale s’est progressivement développée autour de la prise en compte des problèmes sociétaux liés à ce modèle de développement : dégradation du goût des produits, présence de résidus de pesticides et de nitrates dans les sols, les eaux et l'alimentation, atteintes au bien être animal, dégradation des paysages, inquiétude sur la biodiversité et le réchauffement de la planète, etc…Bref, les analyses et les valeurs du courant écologiste, longtemps confinés à une petite minorité, se diffusent progressivement à l’ensemble de la société.
On peut citer les produits traditionnels et typiques en Italie, les produits d'appellations d'origine en France, Italie et Espagne, les produits fermiers (transformés et vendus à la ferme), en Grande Bretagne, Belgique, Allemagne et France et l’agriculture biologique dans toute l’Europe. Ces alternatives ont longtemps été taxées d’« archaïques » par le positivisme dominant et ignorées des analystes.
Nous centrerons ici le propos sur l’agriculture biologique (notée AB dans la suite). Nous n’en referons pas ici l'histoire1. Dans la phase récente, on peut noter que la légitimation du mouvement a attiré des innovateurs, moins idéologues que leurs prédécesseurs et qui ont su réaliser un compromis dynamique entre les principes fondateurs et le réalisme technique et économique. En outre, ce développement a été favorisé par une adhésion croissante des consommateurs au cours des années 90, qui y voyaient pour certains une garantie de qualité, apte à sauvegarder leur santé et pour d’autres – plus minoritaires - une contribution à la résolution des problèmes d’environnement.
Après un peu plus d’une décennie de croissance rapide, l’AB a affirmé sa reconnaissance sociale (aussi bien sur le plan institutionnel que marchand). La question qui se pose maintenant est de savoir si elle présente, même partiellement, une alternative viable et durable au modèle préexistant, qui, remis en cause radicalement, ne manque pas de se renouveler lui même fortement. Cette question est complexe, car elle interroge aussi bien l’existence et la faisabilité des techniques et des systèmes de production que l’émergence de modèles d’entreprise et de coordination efficace2, que le développement de marchés stables et de clientèles de consommateurs fidélisés et l’évolution vers des politiques publiques consensuelles.
Au sein des programmes PSDR des régions Pays de La Loire et Rhône Alpes, deux projets se sont attachés à ce type de questions : le projet Arpent bio (« Prospective du marché et dynamiques d'entreprises dans la filière biologique en région Pays de la Loire »3 et le projet « Développement des filières d’agriculture biologique en Rhône Alpes »4. Ces deux projets ont donné lieu à de nombreux travaux, dont il est impossible de rendre compte ici en détail5. Nous nous concentrerons ici sur la relation entre modes de coordination d’entreprises et potentialités de développement du secteur et sur ses conséquences sur le secteur de la collecte et la transformation des céréales, étudié dans les deux régions. Cette étude a été menée sur la base d’approches théoriques différentes, quoique assez proches par leur origine épistémologique : l’approche par les logiques d’action d’une part et l’approche par les modes de coordination d’entreprise de l’autre6.
Après une partie exposant les problématiques scientifiques, nous présenterons les résultats par région (en respectant leur diversité d’approches et sans tenter de les réduire par syncrétisme, ce qui expliquera aussi une diversité de présentation), puis nous en déduirons les perspectives générales sur le développement du secteur de l’agriculture biologique et nous proposerons une discussion théorique issue de la confrontation des approches utilisées.


EPrint Type:Conference paper, poster, etc.
Type of presentation:Speech
Keywords:coordination, compagnies, supply chain, cereals,
Subjects: Farming Systems > Social aspects
Farming Systems > Farm economics
Research affiliation: France > INRA - Institut National de la Recherche Agronomique
France > Other organizations
Deposited By: Sylvander, Director of Research Bertil
ID Code:6720
Deposited On:27 Dec 2005
Last Modified:12 Apr 2010 07:32
Document Language:French - Francais
Refereed:Not peer-reviewed

Repository Staff Only: item control page