home    about    browse    search    latest    help 
Login | Create Account

Prospectives du marché et dynamique d'entreprises dans la filière biologique en Région Pays de la Loire

{Project} PSDR ARPENT Bio: Prospectives du marché et dynamique d'entreprises dans la filière biologique en Région Pays de la Loire. [Market and supply chains dynamics in the “Pays de la Loire” region.] Runs 2000 - 2003. Project Leader(s): Sylvander, Director of research Bertil, INRA.

Full text not available from this repository.

Summary

La concertation avec la profession de l’agriculture biologique s’est effectuée au travers de relations avec la chambre régionale d’agriculture, avec l’interprofession bio Pays de La Loire et avec le Groupement des agriculteurs biologiques des Pays de La Loire ( Avril 1999, 1 Juin 1999, 1/07/99).
Ces rencontres ont montré que les professionnels autant que les responsables politiques avaient besoin d’évaluer les potentialités de développement du marché, régional et national et selon les filières, afin de mieux cibler leurs actions. D’autre part, il est apparu que ces éléments de décision dépendaient fortement du développement de modèles alternatifs partiellement concurrentiels par rapport à l’agriculture biologique.
Dans ce contexte, les responsables de la chambre ont pour rôle de replacer ce mode de production dans la prospective de l’ensemble de l’agriculture et les responsables spécialisés d’ajuster leurs actions dans les filières dont ils s’occupent. C’est pourquoi ces responsables sont associés à la fois au suivi du projet et à sa réalisation, de manière à améliorer son côté opérationnel.
Description du projet :
1. Recherche documentaire sur les variables d’environnement : politiques de soutien à l’agriculture, état du marché des produits biologiques en Europe et évolution de la demande des consommateurs, état de l’offre régionale et des dynamiques d’entreprises et réglementation
2. Etude spécifique sur l’évolution qualitative de la demande : enquête extensive, enquête intensive dite « itinéraires de consommation » et « groupes d’apprentissage »
3. Diagnostic des capacités évolutives des producteurs : typologie dynamique, sociologique et économique des capacités d’entreprendre (réaction à l’environnement, anticipation, innovation, atouts/faiblesses de la production régionale par rapport à d’autres régions, systèmes polyculture élevage : enquêtes extensives
4. Etude des capacités stratégiques des entreprises et filières régionales (entreprises d’aval principalement dans les filières bovine lait, bovine viande et fruits et légumes) : analyse extensive des entreprises, monographies sur des modèles exemplaires, analyse des itinéraires d’apprentissage
5. synthèse et prospective : étude Delphi sur l’avenir de l’agriculture biologique en Pays de La Loire et méthode de scénarios.
Tâche 1 : Analyse documentaire
Tâche 2 : 2a. Enquête nationale sur échantillon représentatif ; 2b. Enquête auprès des distributeurs ; Construction de la méthode des groupes d'apprentissage
Tâche 3 : Enquêtes sur échantillon des producteurs sur les départements types
Tâche 4 : Enquêtes de filières sur les stratégies des acteurs
Tâche 5 : Méthode des "stakeholders" : priorisation dans le cadre de groupes de stakeholders
L’Ouest de la France regroupe la majeure partie des productions biologiques, notamment animales. Même si les grandes cultures biologiques sont bien implantées, elles ne suffisent pas à éviter un déficit de céréales pour l’alimentation humaine et animale. La réglementation bio française, plus restrictive que la réglementation européenne sur l’élevage (obligation d’approvisionnement de 40 % de l’alimentation animale sur la ferme) a entraîné une régression de l’élevage.
La politique d’accompagnement (intégration de l’aide à la conversion dans le dispositif CTE) a ralenti la progression de l’agriculture biologique. Les conversions ont été importantes en grandes cultures, tandis qu’un certain nombre de producteurs de volailles bio sur des exploitations conventionnelles ont arrêtés la production sur la période 2002-2003.
L’élevage bovin lait et viande continue à progresser. Toutefois, la filière lait gère mieux son développement que la filière viande biologique. Cette dernière cherche à améliorer sa commercialisation via des démarches de différenciation régionale comme en Pays de la Loire ou en Massif-Central.
La production de fruits et légumes reste très dispersée au niveau régional et le regroupement de l’offre empêche le développement de la production en ce qui concerne les légumes, tandis que pour les fruits, le principal frein reste technique.
Les consommateurs en Grandes Surfaces sont peu fidélisés et n'achètent dans 80 % des cas qu'un ou deux produits (parmi lesquels : pain, œufs, lait, légumes, viande (cette dernière chez Auchan). Sur les marchés et dans les Biocoop, les paniers sont diversifiés (plus de 5 produits). Dans les deux cas, il s’agit d’une économie d'offre. Les céréales, l'huile, les fruits et légumes sont les produits par lesquels on commence à acheter bio. La fidélisation se heurte d'une part au prix, facteur numéro 1 de frein aux achats et d'autre part au manque de compétence des acheteurs, qui ont une vision très mythique de la bio.
Trois types de céréaliculteurs : les spécialisés (10%), les éleveurs (70%) et les polyculteurs éleveurs (20%). La production peut augmenter si elle est bien accompagnée techniquement (est elle viable en spécialisé ?) et si la demande reste forte. Les scénarios montrent que les deux derniers systèmes ne peuvent guère augmenter leur production, seul le premier le pourrait si les problèmes techniques de fertilisation étaient résolus. Pour la conversion, les potentialités sont affirmées, mais le cahier des charges reste un frein et les structures sont trop grandes pour se convertir facilement. La question de la concurrence de l'Agriculture raisonnée se pose avec acuité. Les producteurs sont encore peu organisés, très individualistes.
En céréales, la situation incertaine du marché n'incite pas aux contrats de moyen terme, ni sur les quantités-prix ni sur la qualité. En volaillles et alimentation du bétail, les freins sont réglementaires. En fruits et légumes, la vente directe est forte, mais le marché a du mal à se développer en raison d’une insuffisante organisation de la filière, malgré des tentatives réussies.
Dans les filières, les relations avec les distributeurs ne sont pas partenariales, sauf dans la filière viande, qui a des problèmes de croissance, après une phase d'optimisme suite à la deuxième crise ESB. Le développement régional suppose que des filières cohérentes sont construites dans la région. Les premiers résultats en fruits et légumes et céréales font ressortir que la dimension régionale est beaucoup trop étroite pour l’analyse et que les transformateurs s’approvisionnent très largement hors région Pays de Loire et dans beaucoup de cas à l’étranger. En viande bovine, on note des difficultés de fonctionnement (régulation de la quantité par rapport à la qualité). Les opérateurs spécialisés coexistent avec les non spécialisés, avec des objectifs et des comportements radicalement différents.
Les scénarios font apparaître deux tendances autour de la structuration des filières et de la coordination des filières longues en situation libérale du marché et une structuration régionale forte sur des filières diversifiées en situation de décentralisation régionale forte. Le bio est une valeur refuge en contexte de crise. Sa capacité de croissance sera fonction de la manière dont l'agriculture conventionnelle réagira. Si l'Agriculture raisonnée a du mal à se mettre en place, le scénario de 10 % du marché en 2010 est possible.


EPrint Type:Project description
Keywords:Produce chain management, Consumer issues, Regulation, Farm economics, Social aspects, organic market, supply chain
Subjects: Values, standards and certification > Regulation
Values, standards and certification > Consumer issues
Farming Systems > Social aspects
Food systems > Produce chain management
Farming Systems > Farm economics
Research affiliation: France > INRA - Institut National de la Recherche Agronomique
France > Other organizations
Research funders: France > INRA - Institut National de la Recherche Agronomique
Acronym:PSDR ARPENT Bio
Location:Ch de Borde rouge - 31326 Castanet Tolosan Cedex - France
Start Date:1 January 2000
End Date:31 December 2003
Deposited By: Sylvander, Director of Research Bertil
ID Code:6657
Deposited On:23 Dec 2005
Last Modified:20 Aug 2009 14:29

Repository Staff Only: item control page