home    about    browse    search    latest    help 
Login | Create Account

Pertinence de la végétation synanthropique en oléiculture biologique pour limiter les ravageurs

Warlop, Francois (2004) Pertinence de la végétation synanthropique en oléiculture biologique pour limiter les ravageurs. [Relevance of synanthropic flora in organic olive groves to limit pest damages.] Paper at: Environnement & Identité en Méditerranée, Corte, Corsica, 19-25/07/2004.

[img] Source file
Limited to [Registered users only]

61Kb

Summary

L’oléiculture est une culture traditionnelle du bassin méditerranéen. Or, on assiste aujourd’hui à une professionnalisation de la culture, accompagnée d’une forte intensification. Celle-ci n’est pas dénuée d’impacts environnementaux: un rapport conjoint du WWF et de la Birdlife International, daté de 2001, alerte les décideurs des dégâts encourus par l’oléiculture dite "moderne": érosion des sols, appauvrissement et désertification, lessivages et pollution des nappes, disparition de la flore et de la faune indigènes.
La perte du maillage agricole a en outre supprimé toute possibilité d’interaction biocénotique avec l’environnement des cultures : la concentration d’une culture (pérenne de surcroît) sur des bassins de production favorise également la concentration de ses bioagresseurs, tel la mouche Bactrocera oleae GMEL. (Diptera, Tephritidae), principal ravageur et responsable de lourdes pertes annuelles.
Les travaux existants prouvent qu’un aménagement précis, modélisé ou expérimenté, peut favoriser une biodiversité opérationnelle et utile contre certains ravageurs ciblés (Altieri, 1999 ; Tcharntke, 2002). Ces travaux d’« agroécologie » semblent aujourd’hui fondamentaux dans la recherche d’équilibres sanitaires des cultures, notamment des cultures pérennes, beaucoup plus exposées aux pullulations de bioagresseurs.
Dans le cas de l’olivier, la bibliographie permet d’établir une liste indicative de plantes hôtes qui vont permettre à certains insectes d’y accomplir leur cycle biologique. Il s’agit principalement d’espèces méditerranéennes, spontanées ou subspontanées, parasitées par des Tephritidae d’importance économique nulle ; leur appartenance au biotope de l’olivier n’était probablement pas hasardeuse dans un contexte d’écosystème préservé.
Un certain nombre d’espèces d’hyménoptères sont inféodées à ces phytophages, tandis que d’autres familles sont plutôt généralistes (ichneumonidae, …) : dès lors, plusieurs questions se posent :
- Van Alebeek (2003) estime qu’une expérimentation en grandeur nature est impossible, étant données les multiples interactions culture/environnement et l’impossibilité de disposer de répétitions exactes : quel dispositif de recherche mettre en place, quelle est sa validité, et à quel terme ?
- Quelle latitude pour les instituts de recherche fondamentale (universités, INRA) d’aborder ces questions peu sujettes à publications à court terme ?
- quelle probabilité que certaines espèces soient des auxiliaires précieux en agriculture, sur olivier ou d’autres cultures ?
- quel taux de parasitisme attendre de ces dispositifs écologiques ?
Le GRAB, appuyé par des partenaires locaux, va mettre en place un réseau de parcelles pilote pour aborder ces questions sur plusieurs années, et tenter d’y répondre.
Mots-clé : agroécologie, biodiversité fonctionnelle, verger, équilibres trophiques


EPrint Type:Conference paper, poster, etc.
Type of presentation:Paper
Keywords:agroécologie, biodiversité fonctionnelle, verger, équilibres trophiques agroecology, tritrophic relations, functional biodiversity
Subjects: Environmental aspects > Biodiversity and ecosystem services
Research affiliation: France > GRAB - Groupe de Recherche en Agriculture biologique
Deposited By: WARLOP, François
ID Code:2961
Deposited On:23 Mar 2005
Last Modified:12 Apr 2010 07:29
Document Language:French - Francais
Status:Published
Refereed:Not peer-reviewed

Repository Staff Only: item control page